Astragale

Notes de travail

AstragaleRevenir aux os, à l'ossature, en laisser le côté macabre et partir en quête des origines et de l'essentiel. Os comme socle fondamental et possibilité de transformation. J'ai rassemblé mes contes à partir de sources diverses : collectes personnelles, livres, d'autres m'ont été donnés. Les os sont ce qui reste quand tout est parti, ils sont vus comme étant une part immortelle de l'être, la possibilité de reconstruire quand rien ne reste – symboliquement ou scientifiquement. Le squelette nous soutient tout en nous laissant la possibilité de bouger librement.

Les os sont liés à la mort, à ce que l'on perd, à ce qui n'est plus nécessaire, à la cruauté de la vie. Ils sont pour moi un symbole puissant de notre identité - non pas une identité extérieure comme un travail donné, une religion ou un territoire qui courent toujours le risque de s'effondrer, mais comme notre propre verticalité, singulière et intérieure.

Nous ne sommes pas un territoire, ni un parti politique ni une religion, nous traversons et sommes traversés par chacun d'eux. Si le squelette est assez solide nous pouvons traverser et être traversés tout en gardant la liberté d'être ce que nous sommes.